Vous êtes ici : Accueil

Les derniers articles publiés

 

 

« Les Ambassadeurs » consacrée à « Nivelles, … une histoire de femmes… »

Quand ? Le 28/01/2017,
de 13:35 à 14:15
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

L’émission « Les Ambassadeurs » consacrée à « Nivelles, … une histoire de femmes… » sera diffusée le samedi 28 janvier 2017 à 13h35 sur La Une.

La vie de l’émission se prolonge sur notre page Facebook ainsi que sur le portail TV de la RTBF, rubrique « Les Ambassadeurs », et sur la nouvelle plateforme digitale de la RTBF, RTBF Auvio (où l’on peut revoir l’émission après sa première diffusion télé).

Avec la participation de Pierre Hardat.

Discours du Président à l'occasion de la présentation des Voeux du cdH nivellois en 2017

Chers amis,

"Ayez la volonté et la persévérance, et vous ferez des merveilles". (Benjamin Franklin)

Quelle belle citation qui caractérise l'action des mandataires et militants de notre parti. Notre volonté inflexible a payé : nous aurons un cinéma, deux nouvelles crèches ont été créées, nous faisons tout pour obtenir la reconnaissance du Centre culturel.
2017 01 15 12.33.24

Reconnaissons-le, nous n'avons pas le monopole de cette volonté de progrès. Nous la partageons avec nos partenaires dans la majorité à Nivelles. Vouloir gérer la Ville en toute bonne gouvernance, mettre l'accent sur la propreté et la lutte contre les incivilités, mettre en œuvre un plan de rénovation des voiries et de la piscine, sont des principes et des actions qui nous unissent. Le soutien du Gouvernement régional et de la FWB - et notamment le soutien des ministres de notre parti -, ainsi que l'implication des autorités provinciales, ont aussi été des facteurs importants qui ont permis la réalisation de nos projets (ex. : les places subventionnées dans les crèches, la rénovation de la piscine et du cinéma, la rénovation de l'école de la Maillebotte).

Toutefois, l'expansion de notre Ville prévue pour ces prochaines années nous inquiète. Ci-dessous, je reprends la liste de tous les projets immobiliers en cours d'étude ou en cours de réalisation, et au regard de chaque projet, figure le nombre d'habitants supplémentaires envisagés.

Projets Nombre d'habitants supplémentaires
Lotissement rue du Centre à Bornival 60
Projet d'immeuble à appartements rue des Frères Piersaux/rue de Bruxelles 60
Projet de développement des terrains sis Vieux Chemin de Braine-Le-Comte 66
Projet immobilier de la rue de l'Ange 78
Reconversion du site des Récollets (Rue de Saintes)
90
Reconversion du site industriel : « Usine Widney »
100
Extension du projet « Cross-Lazer »
120
Nouvel immeuble à appartements en extension du complexe existant, Faubourg de Soignies 120
Projet de reconversion du site « Usines Chantrennes »
120
Reconversion du site de l'ancienne gendarmerie
120
Projet de reconversion du site « Cross-Lazer » en cours de construction et sa liaison avec la Gare de Nivelles (Par delà l'Eau) 128
Projet de développement du site des « Conceptionnistes » 155
Lotissement chaussée de Wavre à THINES 180
Projet Quartiers en Transition (Ste Barbe et Hôpital) et le développement du site de l'hôpital 180
Développement de la zone d'habitat comprise entre le « Shopping de Nivelles » et la rue Ste Barbe
210
Reconversion du site de l'ancien Lycée, Rue Seutin et reconversion du site de l'hôtel Rifflart (rue Seutin et rue de Soignies)
270
Reconversion du site du Faubourg de Namur, ancienne usine papiers peints 384
Projet immobilier de développement du site du Fief de Rognon et de l'ancienne Brasserie Duvieusart 420
Projet de développement Avenue du Centenaire/ Rue Coparty 483
Projet de reconversion du site de l'ancienne « galvanisation » 630
Développement des ZACC (Chabotte) 690
Développement de la ZACC (campagne du Petit Baulers) 1200
Val de Thines 2000
TOTAL : 
7864

Actuellement, la Ville de Nivelles n'a pas les capacités d'accueillir près de 8000 habitants supplémentaires. Les écoles, les crèches, les maisons de repos manqueront. Les infrastructures favorisant la mobilité seront nettement insuffisantes.

Le constat que nous faisons, c'est, qu'à l'heure actuelle, nous ne maîtrisons pas suffisamment le développement (l'expansion) de Nivelles. Evelyne, Julie et Isabelle, qui prendront la parole juste après moi, vous diront concrètement les problèmes que vivront ou vivent déjà aujourd'hui les Nivellois dans une cité qui grandit trop vite.

Au regard de ce constat, nous formulons deux demandes.

La première demande consiste à geler temporairement tous les projets immobiliers et de s'atteler sans tarder à la réalisation d'un "schéma de développement communal". Ce schéma, étudié par des urbanistes en étroite concertation avec les habitants et les mandataires communaux, est le document qui analyse, d'une part, les enjeux territoriaux de notre Ville (les perspectives et les besoins en termes sociaux, économiques, démographiques, énergétiques, patrimoniaux, environnementaux et de mobilité ainsi que les potentialités et les contraintes du territoire) et qui fixe, d'autre part, une stratégie territoriale relative à divers thèmes : la lutte contre l’étalement urbain et l’utilisation rationnelle du territoire et des ressources ; le développement socio-économique et de l’attractivité territoriale ; la gestion qualitative du cadre de vie ; la maîtrise de la mobilité. Il s'agit donc d'une vision à long terme du développement de Nivelles ; une fois celle-ci définie, on pourra alors reprendre - selon un tempo et une cohérence qui auront été réfléchies globalement - le développement de projets immobiliers.

La seconde demande plaide en faveur d'un nouvel équilibre politique à propos des compétences communales de l'urbanisme et de la mobilité. Depuis bientôt un quart de siècle, ces deux compétences relèvent dans notre Ville de la responsabilité d'un même parti politique. Dans le cadre de la gouvernance publique, une alternance dans la gestion des compétences est une pratique saine. Nous revendiquons donc dès 2018 la mise en œuvre et le bénéfice d'une alternance pour les matières liées à l'urbanisme et la mobilité.

Nos deux demandes ouvrent un débat qui sera - je l'espère - une voie qui amènera à concrétiser le vœu que je forme au nom du cdH-Ensemble. Ce voeu, c'est que l'équipe que nous formons au sein de notre groupe, que nous formons avec nos partenaires dans la majorité, que nous formons en alliance avec nos Ministres et Députés dans les gouvernements régionaux, reste source de volonté et de persévérance qui nous permettront de réaliser de merveilleux projets au service des Nivellois.

Etienne LAURENT

Les voeux du cdH de Nivelles - discours d'Evelyne Vanpée

Comme Etienne Laurent vient de vous l'exposer, nous avons à la fois des craintes, pour l'avenir, mais aussi beaucoup d'espoir...

Une Ville qui grandit trop vite rencontre à nos yeux deux problèmes majeurs :

- la mobilité. Tous nous pouvons le constater, en l'espace de quelques années, la mobilité à Nivelles s'est considérablement compliquée, tout spécialement aux heures d'entrée et de sortie d'écoles. Qu'en sera-t-il lorsque les importants projets immobiliers qui se profilent seront réalisés?

Comment faire donc pour que le développement de nouveaux quartiers ne paralyse pas la mobilité de tous les Nivellois ? C'est un fameux défi, et nous voulons le relever avec la majorité.

Bien sûr, nous devons à tout prix encourager d'autres habitudes de déplacements, encourager les déplacements à pied, en vélo, et les transports en commun, chaque fois que c'est possible. Nous devons aussi développer au maximum les taxis collectifs, les trajets partagés. Nous devrions aussi aider chaque école à mettre sur pied un plan de déplacements scolaires...

Mais soyons réalistes, changer des habitudes de vie prendront du temps...

- Un autre point qui nécessite une vigilance extrême, ce sont les équipements collectifs dont une ville a besoin afin que son développement reste harmonieux et puisse garantir la qualité de vie de tous.

Je me limiterai ici à deux exemples :

Les crèches. Nivelles a une population jeune très active. Depuis plusieurs années, nous avons saisi toutes les opportunités pour augmenter le nombre de places d'accueil : tout d'abord, 72 nouvelles places obtenues dans la programmation ONE, des subsides de la Province et enfn des charges d'urbanisme . Ces 3 facteurs réunis nous ont permis de doubler les places d'accueil en l'espace de 4 ans. Cela dit, ces efforts sont immédiatement absorbés par les demandes sans cesse croissantes des nouvelles familles qui s'installent dans notre ville très attractive.

Un autre point très sensible actuellement pour les familles est la difficulté de trouver des places dans les écoles fondamentales tout d'abord, mais aussi à terme dans les écoles secondaires.

La Ville réalise pourtant actuellement de gros investissements pour les écoles communales. A Bornival et à la Maillebotte, des classes toutes neuves sont actuellement construites, pour remplacer des modules tout à fait vétustes et provisoires. C'est une très bonne chose, cela devait être fait, mais cela n'augmente en rien le nombre d'élèves accueillis dans ces écoles. Nivelles a besoin au plus vite de lancer un projet de nouvelle école fondamentale. Il faut savoir qu'un tel projet peut mettre 10 ans avant d'être conrétisé... nous nous demandons réellement comment les nivellois vont encore pouvoir attendre 10 ans !

Après nos craintes, je dirais, pour conclure, qu'il y a aussi toutes les notes positives ou pleines d'espoir pour notre Ville... je citerais juste deux nouvelles crèches ouvertes en l'espace de 5 mois, les travaux du cinéma qui commencent début février, la Maison des Jeunes qui va être officiellement reconnue fin janvier, de nouvelles perspectives pour l'académie, un projet éolien pour Nivelles, la piscine qui avance, le projet de rénovation du musée qui démarre, un gros subside de la région Wallonne pour un nouveau projet de coopération de Nivelles avec l'agglomération de Pangi en RDC, le couvent des Récollets qui est vendu et auquel nous apporterons toute notre vigilance afin que sa reconversion soit harmonieuse...

Tous ces projets acquis, ou en devenir, méritent que nous y apportions toute notre attention et notre énergie.

 

Les voeux du cdH de Nivelles - discours de Julie Gillet

Bonjour à tous,

J'ai choisi d'aborder un thème qui faisait déjà partie de notre programme en 2012 et qui m'intéresse tout particulièrement.

De nombreux parents et grands-parents viennent souvent me parler du départ de leurs enfants ou petits-enfants vers d'autres villes avoisinantes.

Ces nivellois n'ont malheureusement pas trouvé un logement à un prix accessible pour rester vivre dans notre ville.

Nous observons, depuis quelques temps, la construction de nouveaux quartiers qui malheureusement proposent des maisons à des prix qui s'élèvent minimum à 280 000 euros HTVA.

Ce sont des prix de vente qui sont particulièrement élevés pour la classe moyenne et encore plus pour les jeunes ménages d'autant plus que les banques revoient leurs exigences à la hausse et demandent 15% de fonds propres.

Il est donc impossible pour les jeunes ménages d'acheter une maison sans une aide financière de la famille ou une épargne personnelle importante. Epargne personnelle difficile à constituer au vu des loyers très élevés actuellement.

Certains me diront qu'il existe des habitations sociales. Il est certain que ces habitations se doivent d'exister. Elles permettent à de très nombreuses familles de se loger à un prix très accessible.

D'autres me diront qu'il existe des projets comme les Chabottes. Il est vrai que dans ce projet, des maisons à des prix moins importants seront en vente. Mais, pour m'y être intéressée personnellement, je peux vous dire que les critères imposés sont très difficiles à respecter.

En travaillant à deux, un couple dépasse quasi immédiatement les conditions d'accès.

Je profite donc de cette occasion pour attirer l'attention de nos partenaires de la majorité. Et de leur demander de bien vouloir s'arrêter un temps sur cette problématique actuelle qui concerne de très nombreux nivellois.

Je souhaiterais que l'on puisse mettre en place des rencontres regroupant le CPAS, la Ville, le Roman Païs, des promoteurs, et encore d'autres associations qui s'occupent du logement.

Afin d’amener à la réflexion et de trouver des solutions, ensemble, pour que chaque catégorie de nivellois qui le souhaite ait la possibilité de rester vivre à Nivelles selon ses capacités financières.

Et pour terminer par tout autre chose, je vous demande encore une petite minute d'attention.

Vous l'avez peut-être déjà lu ou entendu... le Ministre Maxime Prévot nous a fait l'honneur d'accepter notre invitation.

Le Ministre tiendra une conférence sur les allocations familiales, le mardi 18/04/17, à 19h30 dans cette salle - Salle des mariages.

Nous aurons l'occasion, après la conférence, de laisser place à un temps pour les questions réponses et nous pourrons terminer la discussion autour d'un drink.

Merci de votre attention.

Les voeux du cdH de Nivelles - discours d'Isabelle Mahy

Chaque jour, le CPAS œuvre dans un contexte général difficile qui m’inquiète de plus en plus.

En Belgique, le risque de pauvreté ou d’exclusion sociale touche plus d’une personne sur cinq.

La pauvreté touche aussi bien des travailleurs que des personnes vieillissantes, des jeunes, des familles monoparentales, des enfants ! Nul n’est à l’abri.

On comprend dès lors que le CPAS a une mission très importante à mener ! D’ailleurs, il y a un mois, la Fédération des CPAS a lancé une campagne d’information pour rappeler trois de ses missions principales

  • assurer à toute personne le droit à l’aide sociale

  • dispenser de nombreux services pour le mieux-être de tous

  • assurer le droit à l’intégration sociale

Tout cela a bien sûr un coût ! J’en veux pour preuve le montant très important de l’intervention de la Ville dans le budget du CPAS (de l’ordre de 4500000 euros) – Ce qui représente environ ¼ du budget global du CPAS !

Alors, Oui le CPAS coûte cher mais combien de services indispensables ne rend-t-il pas à la population 

Par exemple, pour nos aînés, le CPAS propose

  • une Maison de repos et de soins,

  • des appartements et studios,

  • des appartements sociaux pour couples seniors,

  • une résidence services, deux centres de jour,

  • des repas sur roues,

  • des aides familiales et ménagères à domicile,

  • un taxi social, etc …

L’arrivée de nombreux aînés attirés par le choix d’un très grand nombre d’appartements à Nivelles engendrera inévitablement une demande supplémentaire de services divers.
Je profite de cette tribune pour attirer l’attention de nos partenaires de la majorité.

Si nous voulons que tous les citoyens nivellois puissent vieillir dans un environnement digne de ce nom, il faut prévoir plus de structures adaptées et mettre en place plus de services d’aides.

Soyons raisonnables : avant de développer une ville coûte que coûte, il faut prévoir, penser, adapter, créer, construire toutes les structures de vie
dont nous aurons besoin !

A propos du projet immobilier Ilôt St Roch

Ce projet a été présenté en séance publique début décembre. Il couvre une superficie d'un peu plus de 3 ha, depuis le boulevard des Arbalétriers jusqu'au RAVeL et la rue de l'Ange. Nos remarques à propos de ce dossier pourraient s'appliquer à tous les projets immobiliers qui fleurissent à Nivelles pour l'instant.

Ilot Saint-Roch

Nous soulignons une fois encore la trop grande densité et l'inadéquation entre le type de logements prévus (en grande majorité des appartements) et les attentes des Nivellois, tout particulièrement les familles à revenus plus modestes, avec enfants. Les familles cherchent des maisons (même deux façades) à des prix abordables. Prévoir 10 maisons individuelles sur 200 logements est tout à fait insuffisant.

Le nombre de parkings est aussi souvent insuffisant. En effet, même si nous sommes tous amenés à réduire l'usage de la voiture dans les années qui viennent, le pas vers une seule voiture par ménage, ou pas de voiture du tout n'est pas encore franchi. La mobilité douce doit y être valorisée en parallèle. D'une façon générale, la mobilité est étudiée par les promoteurs à l'échelle du projet lui-même, mais pas à l'échelle de la Ville. Or la question épineuse reste bien les conséquences des suppléments de trafic sur les voiries voisines, et les quartiers avoisinants. Il faut impérativement recadrer la mobilité des projets immobiliers dans un plan de mobilité global.

Les espaces verts, là où nous avons la chance d'en posséder encore, doivent être maintenus, voire développés. Ce sont des opportunités à préserver absolument. En plus de la biodiversité qu'ils offrent, de tels espaces sont aussi sources de cohésion sociale, d'éducation à la citoyenneté...

Enfin, les infrastructures collectives (crèches, écoles, résidences services, maisons de quartier, infrastructures sportives...) doivent être prévues dès le démarrage des projets. Ces infrastructures sont essentielles pour le développement harmonieux d'un quartier, pour tisser des liens et amener les habitants à s'intéresser et prendre part à la gestion de leur quartier.

En conclusion, il semble évident que la réalisation d'un nouveau quartier est un événement important qui induit des conséquences multiples sur le long terme. La plus grande prudence s'impose donc pour tout projet d'ampleur.

"Jeunes familles cherchent maisons à prix abordables ! "

 

Tout le monde en est conscient : les projets immobiliers se multiplient à Nivelles de façon spectaculaire.
S'il est opportun de densifier  certains quartiers, pour des raisons écologiques, et pour garder une ceinture verte autour de notre belle ville, l'accroissement actuel et déjà prévisible de l'habitat à Nivelles permet difficilement de garantir un développement en parallèle des infrastructures indispensables à la qualité de vie pour tous : crèches, écoles, résidences pour les aînés, infrastructures sportives, culturelles et d'accueil extrascolaire comme l'académie ou les mouvements de jeunesse, etc...

Mais un autre aspect nous inquiète : malgré le développement urbanistique de Nivelles, les jeunes familles peinent toujours à trouver des maisons adaptées à leur  budget. La plupart des projets immobiliers envisagent des appartements en (trop grand) nombre, mais pas ou si peu de maisons, deux façades, avec un petit jardin, à un prix abordable... exactement ce que nos jeunes familles recherchent.

Alors les jeunes cherchent et trouvent ailleurs, pas trop loin dans les environs de Nivelles. Comme ils sont très attachés à la vie nivelloise, leurs enfants continuent à fréquenter les écoles nivelloises qu'ils connaissent, les clubs de sport, l'académie,  ... et  ils participent ainsi contre leur gré à la saturation des infrastructures.

Nous demandons avec insistance aux promoteurs de prévoir moins d'appartements déjà tellement nombreux à Nivelles, et plus de maisons pour familles à revenus moyens. Nous avons une population jeune importante puisque les demandes de places en crèche sont très nombreuses.  Il faut tout faire pour que ces jeunes familles puissent rester vivre à Nivelles. Le dynamisme de notre population en dépend en grande partie.

Evelyne STINGLHAMBER - VANPEE

Le cdH de Nivelles demande le maintien de la maternité de Nivelles

Le cdH de Nivelles demande le maintien de la maternité de Nivelles, et propose en plus la création d’une Maison de la Naissance

 

Le cdH nivellois regrette que le nombre d’accouchements à la maternité de Nivelles soit descendu en dessous du seuil de 400 accouchements par an.

Cette diminution n’est pas du tout due à la qualité des soins, bien au contraire. Elle est notamment due à la pression exercée sur les gynécologues par certains hôpitaux où les suppléments d’honoraire, nombreux et importants, sont une pratique courante. Récemment, la mutualité chrétienne a calculé que pour un accouchement naturel, le coût moyen en chambre à deux lits est de 181 euros et de 1.445 euros en chambre individuelle, soit quasi 8 fois plus. Par ailleurs, en 2015, le coût moyen d’un accouchement en chambre individuelle était de 1.186 euros en Flandre pour 1.816 euros en Wallonie, soit 53% en plus.

Le cdH regrette en plus que la menace de fermeture de la maternité concerne un hôpital, le Centre Hospitalier de Nivelles, où les honoraires sont restés raisonnables.

Au Pays-bas, 1/3 seulement des accouchements se font à l'hôpital et 2/3 se font dans des "Maisons de la Naissance" voire même à domicile. Il en va de même en Allemagne.

Le cdH demande le maintien de la maternité à Nivelles et propose en même temps qu’elle s’oriente vers ce genre de formule en collaboration avec les services de soins infirmiers et d’aides familiales actifs sur le territoire.

A terme, les accouchements qui doivent impérativement se faire dans une maternité hospitalière se feraient à Jolimont. Soulignons cependant les problèmes de mobilité liés au Centre hospitalier de Jolimont, déjà difficilement accessible pour les Nivellois qui s'y rendent.

Par contre, les autres accouchements, après une grossesse sans problème, pourraient se faire dans une « maison de la Naissance » pouvant être située dans une aile de l’hôpital, voire même dans un bâtiment à trouver ... à l'intérieur des boulevards.

Cette proposition permettrait en outre d’assurer un suivi adéquat après la naissance. En effet, avec le raccourcissement des durées de séjour en maternité, il faut particulièrement éviter que les jeunes mamans se retrouvent face à un vide tant au niveau des soins qu’au niveau de l’éducation sanitaire autour de la natalité. Ce vide est particulièrement problématique pour les groupes vulnérables et les familles vulnérables qui risquent d’abandonner les soins ou d’avoir un suivi à domicile fragmenté et qui ont un accès limité aux réseaux de soutien informel. Un soutien social doit donc faire partie de la mise en place de la proposition.

La restructuration du paysage hospitalier lancée par le Fédéral va donc trop vite et les nivelloises et nivellois ne doivent pas en subir les conséquences.

Cette proposition permettrait aux nivellois de naître à Nivelles, voire même … à l'intérieur des murs. Le retour des vrais aclots !

Menace de fermeture du service d'hospitalisation pédiatrique.

 

Le cdH s'inquiète également des menaces de fermeture du service d'hospitalisation de la pédiatrie du Centre hospitalier de Nivelles.

Il demande que tout soit fait pour garantir le suivi des enfants nivellois dans le service de pédiatrie, de même que le développement du service d'urgence pédiatrique. Ce service de proximité est tout aussi essentiel que le service de maternité.

Des services du Centre Hospitalier de Nivelles en danger !

Des services du Centre Hospitalier de Nivelles en danger !

Hôpital de Nivelles

Comme tous les nivellois, nous sommes très choqués par l' annonce brutale, qui semble hélàs déjà définitive, de la fermeture de la maternité de Nivelles.

Beaucoup de mamans de Nivelles accouchent depuis longtemps ailleurs qu'à l'Hôpital de Nivelles, et c'est pour cela que ce service était menacé depuis longtemps. En effet, avec un peu moins de 400 naissances environ par an, il ne répondrait plus aux exigences minimum du Gouvernement Fédéral.

Nous trouvons cela regrettable pour tous les parents qui avaient fait le choix que leur enfant naisse à Nivelles.

Les hospitalisations de pédiatrie sont également menacées.

Il s'agit ici d' une décision du pouvoir fédéral ! L'autorité communale est malheureusement mise devant le fait accompli et n'a rien pu anticiper. 

Le Directeur de l'Hôpital de Nivelles  a été reçu longuement à l'Hôtel de Ville ce vendredi afin d'expliquer la situation.  Le Collège communal fera tout ce qu'il peut pour encourager des mesures alternatives permettant un accompagnement de qualité des patients, même si cet accompagnement est organisé différemment. 

Le groupe cdH n'accepte pas la décision de fermer la maternité et la pédiatrie et soutiendra toute action qui s'oppose à cette décision. Il restera aussi très attentif à toutes les mesures qui seront prises, pour le bien des patients (maternité et pédiatrie), et pour la préservation des emplois. Il encouragera également toute initiative visant à mettre en place de nouvelles conceptions d'accompagnement des mamans et des enfants.

Des abribus sur la Grand-Place, où en est-on ?

Notre groupe a organisé une action visant à promouvoir l'installation d'abribus sur la Grand-Place à Nivelles. Cet évènement s'est déroulé sur la Grand-Place le lundi 28 novembre au matin.

En effet, depuis 2011, les travaux de rénovation de la Grand-Place sont terminés. Dans la foulée, une étude visant à installer des abribus sur cette place rénovée, a été commandée, mais le dossier n'évolue que très lentement.  Or des abribus dont l'aspect respecte le caractère architectural de la Grand-Place, sont indispensables si nous voulons favoriser l'usage des transports en commun.  Nous avons donc invité la population à nous soutenir dans ce projet en adressant un courriel à la Ville de Nivelles

Ce dossier n'est pas neuf, nous étions déjà intervenus en conseil communal en octobre 2015 sur le sujet.

Ce 28 novembre, nous intervenons à nouveau au Conseil communal afin de solliciter des informations sur l'avancement de ce projet. L'Echevine de l'Urbanisme et l'Echevin des Travaux nous ont répondu qu'un projet se dessinait en partenariat avec une société spécialisée dans le mobilier urbain, projet qui n'intègrera pas la pose de publicités sur les futurs abribus. Ils ont ajouté que le règlement du litige relatif aux travaux de la Grand-Place les empêchait d'avancer selon le rythme souhaité.

Nous avons pris acte de ces déclarations et nous leur avons suggéré, compte-tenu de la longueur des procédures judiciaires, de chercher à trouver un accord partiel avec les parties au procès afin d'occuper une partie des lieux pour 'y installer les abribus soit provisoirement, soit définitivement.Le Bourgmestre nous a répondu qu'il étudierait la question.

Nous resterons attentifs à l'évolution de ce dossier.

 

Action de sensibilisation de ce matin : un abribus provisoire installé sur la Grand-Place de Nivelles

4

 

10

11